Les Routiers Sympas

Petite histoire de surcharge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Mar 23 Juin 2015 - 11:03

Daniel Bauvais a écrit:



Bon aller courage, je ne sais plus si je vous ai déjà raconter "ma surcharge Marseille Paris" avec mon MAN en porteur, un grand moment de solitude.

Cette semaine là avait été bien forte aussi, je charge le vendredi à Meaux chez Grundig pour livrer le lundi matin à Nancy et Strasbourg les dépôts qu'ils avaient dans l'Est.
Je me rappelle être parti à 23 h de Paris et avoir eu un coup de pompe dans la descente de la queue en Brie où j'ai bien cru que c'était ma dernière minute de conduite.

Sur ce je cavale jusqu'à Essey les Nancy ou je livre mon client le matin à l'ouverture à 8h, j'enquille ensuite direction Strasbourg et j'arrive vers 15 h, 16h vide je vais au bureau de frêt et j'attends rien ne tombe, resto dodo et le mardi 1ère heure j'avais gagné 10 places, sur ce tombe un lot de 6t de fil de fer barbelé à chargé du coté de Colmar, je saute dessus et roule ma poule, je charge pour un grossiste du coté de Goussainville, un coup de crayon sur le petit menteur comme quoi j'avais pas encore roulé le matin, quelle bonne conscience sa donnait se petit coup de rayon, bon direction Paris le retour, je roule une bonne partie du jour et de la nuit pas d'autoroute en ce temps là tout par la RN 4 avec descente du col de Saverne, la forêt, la caserne en haut sur le plat et puis Lunéville passé Nancy avec ses cotes qu'il peinait mon 170cv MAN dans la cote de Ligny en Barrois, le casse croute à Perthes et plus tard le café à Sommesous et retour à la maison très tard dans la nuit.

Lendemain je vide à Goussainville et je retourne à Meaux où un nouveau voyage de télé Grundig m'attendait deux clients St Priest et Aubagne, bon pas le temps de m'amuser on est mercredi et je ne pourrai vider St Priest que le jeudi matin et Aubagne vendredi matin ce qui fait juste pour recharger avant samedi et toujours par la RN 6 et RN 7, c'est parti pour la grande descente c'est à dire 12/13 heures de route toujours est il que tout va bien jusqu'à Chagny et soudain plus d'accélérateur, clignotant relevage de la cabine caisse à clous la cotte et cherche la panne, j'étais pas arrêté que déjà deux routiers SYMPAS éraient garés à mon cul, on discute et l'un deux "me dit cherche pas j'ai déjà eu le même problème sur un Saviem, c'est l'arrêtoir du câble en bout de gaine" effectivement c'était bien le problème, après recherche dans la caisse à outil je trouve une vieille pièce trouée de 1922 qui fait l'affaire, aller on remonte le câble baisse la cabine et comme personne n'avait encore mangé on se donne rendez vous chez Norbert et Jacqueline, on se boit un coup enfin plusieurs coups, repas dodo toute en long sur les sièges comme d'hab à gla gla comme d'hab mais bon avec l'antigel consommé sa allait, c'est le matin que c'était duraille, vite un café de bonne heure et d bonne humeur et c'est reparti pour être à la 1ère heure à St Priest, déchargement tout à la main évidemment pas de palettes vérification de la commande télé, radio, meuble hi fi tout y passe et à 10 h vide signé parti.

Ayant un peu de temps ma vidange moteur boite et pont était à faire je passe par la Total au Pont Pasteur à Lyon pendant que je vais cassé la croute avec une tite andouillette frite au restaurant des péripatéticiennes bien connu de beaucoup d'amis FB qui se reconnaitrons, je parles du resto, bref à 14h mon camion est prêt et après un petit coup de crayon sur le petit carnet vert c'est reparti pour Marseille, arrivé 20h place de la Joliette chez mon pote Denis au petit Nice on arrose mon arrivé comme il se doit, après une fabuleuse entrecôte frite et un petit coup de pinard, un petit coup de promenade sur le vieux port et dodo comme précédemment annoncé.

Mais à Marseille il faut toujours se méfier même en 76, j'avais donc un "garde" pour surveiller le bahut, quelle misère...........!!





" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Mar 23 Juin 2015 - 11:30

Daniel Bauvais a écrit:
Quelle misère, je payai 30 balles un mec semi clodo pour dormir près de mon camion et bien souvent le gars dormait sous le porte à faux, il disait que sa le protégeai, enfin toujours est-il qu'on m'a jamais rien volé dans le bahut.

Le matin 6h debout café, pissé un coup et hop départ pour Aubagne Z.I au dépôt Grundig que je savait ouvrir à 7h30, déchargement tout de bout et je reviens à Marseille à la Joliette, mon Denis est arrivé, casse croute avec son pâté de grive maison un petit coup de blanc pour que sa passe et je vais chez un afrêteur que je connaissais bien sur les quais de la Joliette, Mr Comillia le super Marseillais à la Raimu avec une voix et une gestuelle pas possible, bon je lui explique que je voudrais bien recharger aujourd'hui pour Paris,

"bin on va aller té se prendre un petit café chez Olive", arrivé chez son pote il se met à lui sortir l'histoire du lièvre qu'il avait vu hier soir dans son jardin et là une vraie pièce de Pagnol, l'autre qui le croit pas et mon Comillia qui insiste avec moult détails sur la grandeur la hauteur du lèvre et bla bla et bla bla, enfin c'est simple le lièvre à la fin il faisait la hauteur et la grandeur d'un berger allemand et ses gaubiers là ont fini par se croire, faut être Marseillais et l'avoir vécu,

toujours est-il qu'il est déjà 10h et j'ai toujours rien, mais avec lui je savais qu'il avait des tours de passe passe pour essayer de te payer le moins cher possible, au bout d'un moment il commence à me proposer des chargements qui payaient pas et un coup de téléphone je l'entends dire j'ai peut être un gars pour ça, là il me propose toujours le téléphone à la main de charger des tubulures pour Ivry S/Seine à 1400 francs il y en a 8t500 je dis pas non mais il va falloir qu'il envoi plus de monnaie le gars au téléphone lui demandait la réponse et moi je négociais à 1800 francs après des oui mais non il finit par me filer 1700 francs, ok je prends mais je lui dit que je vais être en surcharge d'au moins 2t500, "qu'es tu risques qui me dit tu roules de nuit et demain matin t'es à Paris", ouais bon encore une journée de 24h,

bref je quitte mon Comillia et vu qu'il est presque midi je demande à Denis de me faire une omelette vite fait, aller boujou à la prochaine et je pars charger du coté de Vitrolles dans une petite usine qui fabriquait cette camelote bricole un peu pour charger des espèces de tubulures qui faisaient juste la longueur du plancher, putain le MAN y baissait du cul tu parles charge utile 6t500 un tiers de plus j'étais à 14t500 au lieu de 12t500 évidemment sa change tout, je vous dis pas pour monter les cotes on se les tenait tous les deux les cotes, enfin je passe Lyon vers 9h du soir et je fais un plein très tôt le matin à Tournus un café un croissant et c'est reparti, heureusement ma réparation de fortune avec mon sous de 1922 tiens,

et c'est la que sa complique en arrivant à Appoigny avant le carrefour quand je vois une voiture 403 noire ayant à ses cotés deux uniformes de la même couleur avec des képis.....!

suite probable  dès que disponible




" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Mar 23 Juin 2015 - 18:04

La suite...on se fend la poire !   cochonou




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Mer 24 Juin 2015 - 14:32

Daniel Bauvais a écrit:
J'arrive donc à 50m des deux képis quand il me font signe de me garer à droite, la pensée du jour "je suis bon pour la romaine", bonjour monsieur, gendarmerie national, oui bonjour, l'un d'eux me dit " vous avez un drôle de bruit à l'arrière" ha bon j'ai rien entendu, "oui vous avez un bruit de ferraille",

dans ma tête, bon s'il m'arrête simplement pour me dire ça c'est bon, "l'autre vous avez les papiers du véhicule", oui, "papier de chargement vous transporter quoi, des tubulures pour la centrale de chauffage d 'Ivry S/Seine, GPR, le carnet d'heure (menteur) pas bon et voila le 1er qui revient de faire le tour du MAN et qui me dit "vous êtes chargé lourd les pneus sont bien écrasés" non 6t/6t200, "bon on garde vos papiers et comme vous monter sur Paris on va passer à la bascule de Joigny,

donc vous nous suivez", ok, ils partent devant avec la 403 et j'enquille derrière, j'avais quand même laissé la vitre ouverte pour entendre le fameux bruit de ferraille que le gendarme m'avait signalé, le feu d'Appoigny passe au rouge et j'entends un bilin bilin bilin à l'arrière en m'arrêtant, tiens voila ma chance, le feu passe au vert et eux m'attendait un peu plus loin que je redécolle, bouge pas je vais t'arranger ça en panne, je leur fait des appels de phares et je mets mon clignotant, je me gare à droite devant le garage Volvo VL qui était sur l'autre coté.

Un gendarme descend de la 403 et vient me voir pour me demander ca qu'il y a, bin, je lui répond vous aviez raison je suis en panne il y a bien un drôle de bruit mais je sais pas ce que sait.

Alors là, MONSIEUR, je leur fait un film, le grand tintouin, sort la caisse à outil, met ma cotte, je lève la cabine et cherche Rintintin et je cherche ce que je vais bien pouvoir leur dire, aller sur le dos sous le moteur, rien, sous la boite de vitesse j'ouvre le bouchon de remplissage le doigt dedans il y a de l'huile que je leur fait voir, c'est pas la boite rien, ma dernière chance c'est le pont vu que le bruit venait de l'arrière, aller à plat ventre sous le pont clé de 17 j'ouvre le bouchon de remplissage et je mets le doigt dedans à l'envers et je le ressort avec simplement le cercle noir marqué sur le doigt, remet le bouchon et je me mets à gueuler après l'autre salopard qui m'a fait ma vidange à Lyon et qui a oublié de remettre de l'huile dans le pont, salaud et je te leur fait voir la facture et je gueule que le pont est foutu et que c'est encore une panne à 50000 balles qu'il va falloir changer le pont et l'autre "qu'es ce que vous allez faire?" bin je vais téléphoner à mon frère (à l'époque on bossait ensemble) donc je me dirige vers chez Volvo pour téléphoner et les gendarmes m'accompagne, la confiance règne!

Sur ce j'appelle le frangin et je lui explique la situation, le pont en morceaux et que je suis à Appoigny et qu'il faut qu'il trouve un pont à la casse et patati et patata et que s'il en trouve pas il vienne me chercher je laisse le camion sur place et là les gendarmes qu'y voient bien que je suis sérieux "me disent donc vous bouger plus" bin non comment je pourrais faire, alors on vous rend vos papiers et bon courage, merci au revoir.

Le patron du garage me demande si je suis vraiment en panne, je lui dit non mais j'ai un bruit bizarre à l'arrière, vous faite quoi vous repartez, méfiez vous parce que..........!!

On attend la suite




" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Mer 24 Juin 2015 - 19:50

La suite...la suite....




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Jeu 25 Juin 2015 - 13:34

Daniel Bauvais a écrit:



Donc, la suite et fin de cette histoire, avec le recul je me dis qu'il fallait être culotté quand même pour osé berné les gendarmes comme ça et avoir 25 ans pour être un peu inconscient et prendre des risques à la con.

La jeunesse y était surement pour quelque chose la dedans et puis l'époque aussi, on se posait pas trop de questions, il y avait aussi une forme de pression qui a toujours été le cheval de bataille, celle de faire du chiffre d'affaire, puis il y avait le coté démerde, celui de ne pas se faire prendre ainsi qu'un coté jouissif d'avoir ba....er les gendarmes.

Enfin toujours est-il que je cherchais à quoi était du ce fameux bruit et en me replongeant sous le camion je découvre que j'avais un pneu intérieur crevé, je comprends mieux pourquoi le gendarme m'avait dit "vous devez avoir du poids, parce que les pneus sont bien écrasés" tu m'étonne surcharge de 2T500 avec une roue en moins, quand je repense aux routes pourries que je me suis payé dans la campagne pour rattraper Sens, j'aurai bien été dans le KK si l'autre pneu avait éclaté.

Et en même temps je me dis que si je m'en étais aperçu au moment du contrôle et que je mette la roue de secours j'étais bon pour la bascule, il y a parfois un bon Dieu, même pour la crapule, donc ce fameux bruit venait du "cercle" qui avait sauté de la jante et qui battait entre le jumelage, bilin bilin bilin, vraiment le truc con auquel j'avais même pas pensé.





" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Ven 26 Juin 2015 - 2:21

Tout fini bien, et je me suis bien marrée avec ce récit déjanté. Merci




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Ven 26 Juin 2015 - 7:22

Heureusement que l'autre pneu à tenu le coup




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Jeu 2 Juil 2015 - 9:13

Daniel Bauvais a écrit:





Bon je vous livre un nouvel épisode parce l'histoire de la semaine est longue et que ma semaine va être courte!!
Donc Marius mon patron me dit c'est pas tout ça, mais tu vas monter à Paris avec l'Unic et je vais essayer de rentrer avec le SM 7, surpris je lui demande qu'es ce que je charge? Réponse on t'avait trouvé du fret pour le retour et on doit assurer car il s'agit de meubles pour le patron de TOE à Dieppe et comme Marius était tractionnaire chez TOE fallait faire, je lui demande l'adresse le nom du client et je pars avec l'Izoard pour Paris,

Il est déjà 11h et je m'arrête pour casser la croute à Ennery au routier qui était à droite avant Pontoise, tout se passe bien excellent et avant de partir je consulte mon plan de Paris pour situer la rue et bien mon coco je sens que tu vas t'amuser.
Je rentre dans Paris par la porte de Clignancourt et je descends jusqu'à la Bastille ou je prends le Faubourg St Antoine vu que la rue prenait dans celle là, je devais charger des meubles d'arts chez un ébéniste de renommé qui coutaient une fortune, je dirais environ 70000 où 90000 francs en 74 sa faisait des sous!!

Toujours est-il que je trouve la rue à droite, une petite rue avec bagnoles garées de chaque coté, je me suis sentie mal pour rentrer la dedans, déjà je m'arrête pour voir comment aborder la chose et mon 1er constat c'est de ne pas pouvoir tourner vu qu'il y a des voitures dans les coins de rues sur les passages cloutés et que je peut pas tourné,

Je vais au tabac du coin pour demander si quelqu'un sait à qui sont les voitures, réponse négative mais la solidarité est là, quelques braqués comme des déménageurs me proposent de m'aider à foutre les bagnoles sur le trottoir, ni une ni deux trois devant trois derrière et vas y qu'on déplace les voitures, j'enquille la 2ème et après quelques manœuvres je finis par rentrer dans la rue, la question sera comment vais je ressortir, on verra bien, j'arrive chez l'artisan où je tombe sur le cul en voyant les meubles qu'il fabrique, il est surpris de me voir arriver avec un semi remorque pour charger 5 meubles de 500 kg.

Je lui explique que c'est parce que je me suis retrouvé à livrer sur Paris que mon patron m'a demandé de venir charger les meubles pour Dieppe.

Bon il me demande si j'ai des couvertures et de quoi les attachés, en fait j'en sais rien mais on va bien trouver, le gars pas trop confiant quand même, j'ouvre les protes de la semi et la miracle Marius a tout prévu, des couvertures des cordes pour ficeler tout ça, nous commençons donc à charger et alors les recommandations du gars j'ai cru que sa finirait jamais une véritable torture morale en fin on fini de charger je signe les papiers et je lui demande si la rue au bout permet de tourner, vous passez pas avec ça, donc marche arrière, un de ses employés va bloquer la rue pour que je recule? quand je vous dis qu'il y a des semaines.....

Et vas y un rétro en moins d'une 4L un autre pour une R16 et voila qu'arrive les poulagats qui viennent me voir en me disant resté là on va appeler la fourrière pour enlever les voitures qui gênent dans les coins de rues.

Bon sa va donc s'arranger, effectivement les bagnoles enlevées vite fait et roule ma poule, me voila reparti pour Neufchâtel avec mes meubles à livrer demain chez le client sur les falaises de Dieppe, je surveille le chargement en m'arrêtant dans quelques bistrots routiers le long de la route et je rentre vers 20h à la boutique,

Demain sera encore un grand jour!!






" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par zara le Jeu 2 Juil 2015 - 13:11

ah Paris !!!! bon boulot malgrès les aléas de la ville




Avec les Amicales Salutations
de la "Routière Bourguignonne"
Margareth alias Zara
avatar
zara
Général de Corp d'Armée
Général de Corp d'Armée

Féminin
Cochon
Nombre de messages : 12437
Age : 58
Emploi : retraitée du transport
Loisirs : Mes Chiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par nefertiti le Jeu 2 Juil 2015 - 14:31

un metier passionnant avec plein de rebondissement , pas le temps de s"ennuyer comme çà, bonne route daniel




avatar
nefertiti
Lieutenant
Lieutenant

Féminin
Dragon
Nombre de messages : 4094
Age : 77
Emploi : Retraitée suractive
Loisirs : Famille-Net-Nature-Bricolage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Sam 4 Juil 2015 - 1:18

Super....encore, encore, encore des histoires !!!




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Mer 8 Juil 2015 - 6:17

Deplacer les voitures sur le trottoir ,c'est ce qu'on faisait dans certaines rues d'antibes
et autres pour livrer la farine aux boulangers en 1962,c'etait la galère




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Jeu 9 Juil 2015 - 8:30

Daniel Bauvais a écrit:




Les amis c'est parti j'ai commencé à écrire mon histoire dans le transport.

J''ai déjà taper dix pages et j'ai la tête qui foisonne de souvenirs à fur et à mesure que j'écris, c'est dingue se retour en arrière avec les images qui me reviennent, un vrai film et je ne suis qu'au moment de l'obtention de mon permis de conduire poids lourds passer à l'armée qui franchement valait son pesant d'or.

J'attaque maintenant mon premier patron avec les anecdotes qui vont avec et qui ne sont pas tristes, le fait de repenser à tout ça me rigoler tout seul devant l'ordi.

Quelle époque de fou, mais quel bien sa fait de revivre par l'écriture toutes ces aventures. Aller je me remets au boulot en reprenant la route virtuellement avec prudence, fallait la sécurité était sur option!!
Bien à vous et bonne journée!!




" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Jeu 9 Juil 2015 - 19:05

Ahhhhhhhhhhhh ! chic alors ...........





J'attends !




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Sam 11 Juil 2015 - 8:46

Bourget montreuil, ca rappelle des souvenirs




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Grand Esprit le Lun 13 Juil 2015 - 13:45

Daniel Bauvais a écrit:




Daniel Bauvais


Pour le 14 juillet, Ce jour là je revenais de Marseille où j'avais livré des meubles pour l'hôpital d'Aix en Provence, après avoir rechargé des noix de cajou sur le port, avoir payé le ripeur 100 balles et négocier le prix du retour à 1800 francs pour 6 tonnes,

Je remontais paisiblement par la RN comme d'habitude. Départ de Marseille un merveilleux soleil m'éblouissait, mais à fur et à mesure que je remontais vers Lyon le temps prenait des couleurs grises que j'imaginais devenir pluvieux pour la suite.

Arrivé à Lyon et un peu avant Villefranche S/Saône un superbe orage éclata, bon pas de problème le MAN tourne sans problème et je remonte la RN6 sous la flotte.

Je suis à une dizaine de kilomètre de Vermenton quand je croise un porteur Magirus en TP qui me balance un joli cailloux dans le pare prise qui s'effondre comme un sac de riz crevé.

C'est la vision du bitume en direct et la flotte que je me prends dans la tronche. J'arrive à Vermenton où je m'arrête au routier pour me réchauffer un peu la couenne.

Un grand viandox suivi d'un calva, le patron me demande ce qui m'arrive pour être trempé comme ça et je lui explique le coup du cailloux dans le pare brise, il demande à sa femme de me donner une serviette pour m'éponger et il me demande jusqu'où je vais

"Paris" et bin tu vas être bien trempé sans pare brise, bon attends une minute j'ai peut être quelque chose pour te dépanner, il revient avec un pantalon une veste et un chapeau de marin que j'enfile et qui me va bien, merci je vais être plus au sec, tu me ramènera ça quand tu repasseras, pas de problème,

Je reprends un autre Viandox boisson composée de bouillon de bœuf concentré ajouté à de l'eau chaude que tu pouvais aromatisé chabrol en mettant un peu de vin rouge dedans.

Bon je remonte dans le MAN avec mon déguisement de marin de Concarneau sur le dos où j'aurai pu affronter le Cap de bonne Espérance sans problème.

La pluie continuait de tomber et jusqu'à Sens, je garde mes habits de pluie qui me protégeaient quand même du vent.

En arrivant dans la cote après le Grand Fossard je vois un uniforme sur le milieu de la route qui me fait signe de me garer à droite, ce que je fais sans aucune forme de résistance et là quelle est la surprise du CRS qui me voit accoutrer dans mes fringues de marin, il appelle son collègue qui était resté dans l'estafette, ils se sont bien foutu de ma gueule même en leur expliquant les raisons.

En fait ils étaient là pour faire des contrôles de pollutions, mais c'est une autre histoire.





" Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience."



Quand je hurle, toute la vallée frissonne, dit le Loup.
Quand je rugis, toute la savane tremble, dit le Lion.
Quand je tousse, la planète toute entière fait dans son froc, dit le poulet.
avatar
Le Grand Esprit
Adjudants
Adjudants

Masculin
Chien
Nombre de messages : 1589
Age : 58
Emploi : Ancien Etudiant de l' Académie d' Ouchy
Loisirs : Réfléchir à un tas de trucs, mais y a pas l'feu au lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Lun 13 Juil 2015 - 16:13

Merci !!!!




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Une belle histoire

Message par Papy le Ven 14 Aoû 2015 - 17:31

Daniel Bauvais a écrit:

Aller malgré les vacances une petite vite fait.
J'avais livré en Italie du côté de Milan et je rechargeais dans un petit village sur la route de retour entre Milano et Turino dans une petite usine qui fabriquait des machines pour embouteiller l'alcool et d'autres ingrédients.
j'arrive chez le client vers 11h du matin et je discutes avec le patron bien sympa qui parlait le français aussi bien que moi. Il m'explique les machines ne seront pas prêtes avant 15h voir plus, bon pas de problème je vais attendre, en tout cas il m'a invité à manger chez lui sa maison étant dans la cour de l'usine.
Il m'a expliqué qu'il faisait de la sous-traitance pour une boite française qui avait pris le marché mais que les coûts de construction étant trop élevés il y avait refilé le bébé.
Bref, c'était deux embouteilleuses pour la Martinique, une devait être déposée à Orly en fret aérien et l'autre au Havre en fret maritime, il m'explique pour Orly il faut livrer avant 13 heures car la place est réservé dans l'avion cargo!!
Nous cassons donc la croûte avec un petit vino tinto et nous passons au chargement au pont roulant, charger dans l'ordre devant le Havre et derrière Orly, tout est sanglé je prends mes papiers et en avant Simone. je roules et avant d'arriver à Turino il y a une grosse Mercèdès qui me suit et me fait des appels de phares, klaxon et tout le tsouin tsouin, je m'arrête pas on sait jamais avec la mafia surtout avec une grosse Mercèdès, le gars me double et me fait signe de m'arrêter, bon je le suis jusqu'au prochain endroit où tu peux te garer sur l'autoroute et il vient me voir à la portière, je reconnais le patron de l'usine qui me dit qu'il a téléphoné chez BM à Cormano pour savoir quelle route j'avais pris........!!

Rien que pour vous embêtez je mets la suite entre deux Pastis!! 2573279943

Donc ce brave homme vient à ma portière le porte feuille à la main avec une liasse de billet en me disant "tenez prenez ça, on a oublié de mettre un moteur dans la caisse pour la machine d'Orly" Je descends je lui demande où est le moteur, il me dit dans mon coffre, ouais c'est pas un gros moteur 30kg environ, il me dit qu'il faut absolument le mettre dans la caisse, mais je lui fait constater que la caisse est aussi haute que le toit que je ne vais pas pouvoir l'ouvrir sans outils, et bin vous aurez qu'à le glisser dedans au déchargement et voila qu'il me redonne encore quelques billets que je refuse évidemment, mais il insiste tellement que je ne peux que les prendre, je vois bien que sa lui fait plaisir. Gracia Signor, après avoir mis le moteur dans la semi je lui dis au revoir et c'est reparti, le Fréjus. J'arrive en France sur le coup de 8 h tiens je vais casser la croûte au Frêney. J'arrive au resto je tombe sur deux collègues un en bâché l'autre en citerne, je dois dire qu'il y a des fois on devrait jeuner, mais là vu qu'on c'était pas vu depuis longtemps nous avons fêté nos retrouvailles, après avoir bu plus que de raison et manger comme il se doit nous avons continué discuté tard dans la nuit en éclusant quelques bouteilles qui trainaient dans les coffres. On peut pas dire qu'on a été malade mais quand même, merde.
Bon après un réveil douloureux vers 4 h du matin, fallait que je livre avant 13h, je mets le pied dedans pour arriver à Orly, je vous parle même pas des coupures, juste pour pisser. J'arrive à Orly au hall qui réceptionnait la marchandise, je débâches et le douanier étiquette la machine, je lui demande s'il n'aurait un pied de biche et un marteau, surpris le gars, il me demande pour quoi faire et je lui explique le coup du moteur, sympa il va voir et revient avec le matos, je monte sur la caisse j'ouvre, je prends une sangle j'attache le moteur et je le monte pour le descendre dans la caisse et c'est à ce moment là que sa ce corse, j'ai pied qui glisse et je me retrouve 2,50m plus bas dans la caisse, le problème pour remonter c'est que les planches qui construisait l'entourage de la caisse étaient à l'extérieur, alors levé 120 kg sans marche pieds!!!! 20 minute plus tard le douanier ne me voyant pas revenir lui rapporter son outillage vient voir et me trouve dans ma fâcheuse position "Alors on veut partir en Martinique", il se marre et moi aussi, "bon je vais chercher une échelle" je ressorts de la caisse et je le remercie, pour celle du Havre c'est bon je suis pas tombé dans la cale!!!
Ah oui l'Italien m'avait filé 120000 Lires, parfois sa vaut le coup de faire des efforts!!


Dernière édition par Papy le Ven 14 Aoû 2015 - 18:37, édité 1 fois





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Ven 14 Aoû 2015 - 18:27

Super sympa ton histoire Papy...merci pour ces souvenirs




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Stop en GLR

Message par Papy le Lun 24 Aoû 2015 - 17:38

Daniel Bauvais a écrit:


En 1972 lors de mon service militaire à Rouen j'avais pas mal de permission de nuit grâce à un copain qui était au bureau de permanence de ma compagnie.

Je quittais donc la caserne vers 18 h pour repartir chez moi à Forges les Eaux et comme ma R8 Gordini avait quelques problèmes d'allumage je repartais en stop, heureusement j'avais le responsable des cuisines, un civil qui pouvait avec sa 204 me remonter jusqu'à Isnauville et là je levais le pouce, faut dire que nous devions encore à l'époque être habillé en trouffion avec le Bébert et l'hiver la capote!

Un soir je lève le pouce et une DS19 s'arrête, question vous allez ou? Forges les Eaux, bon sa va j'y passe, merci et c'est parti, le brave homme se présente et me dit qu'il est le patron d'une entreprise de transport de Feuquières dans l'Oise, il me demande si ça m'arrive souvent de faire du stop, je lui explique que je rentre environ 3 soirs par semaine mais que mon principal problème c'est le matin pour repartir.

Bon qu'il me dit, j'ai 5/6 camions qui vont vider des céréales à Rouen le matin de bonne heure, je vais dire à mes chauffeurs s'ils vous voit faire du stop qu'ils s'arrêtent pour vous prendre et ils vous déposeront au pont Guillaume le Conquérant, soyer sur le trottoir à partir de 5h30 le 1er passe vers cette heure là, je remercie le brave homme et je connaissais même pas son nom.

Sympa, le lendemain matin comme convenu j'attends sur le trottoir et je vois arriver un bahut, un porteur Berliet GLR en benne, je lève le pouce et le gars s'arrête en me disant c'est toi le bidasse que je dois emmener à Rouen?, je lui dit oui, ok le patron nous a prévenu de te ramasser chaque fois que fera du stop, ouais c'est sympa et de fil en aiguille je discute avec le chauffeur jusqu'à Rouen, il m'explique qu'ils sont dizaine de chauffeurs et qu'il font le transfert de blé des silos de l'Oise à Rouen, tu penses j'y connais rien la dedans donc j'ai une pauvre conversation qui se résume sur combien de chevaux le Berliet combien de tonnes etc...

C'est ainsi que j'ai posé mes fesses pour la 1ere fois dans un Berliet GLR et que sa n'allait pas être le dernière!!

Je dois dire que le nom du patron ne devait pas trop m'inquiété car je ne l'ai su qu'un an plus tard quand j'ai raconté ça à mon 1er patron, il s'appelait Paul Guy et j'ai eu par la suite l'occasion de le rencontrer dans d'autres circonstances et bien je n'ai pas été déçu du bonhomme!!






www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Mar 25 Aoû 2015 - 19:29

Belle histoire sympa, merci !




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Ven 4 Sep 2015 - 18:13

Daniel Bauvais a écrit:
Aller une petite histoire vécue hier sur l'autoroute A16 alors que je revenais de Belgique avec mon Audi, je roulais paisiblement madame à mes cotés quand j'arrive à 10 km avant la sortie Trans Marck et que je sens que ma direction a un problème, je te le donne Emile roue avant crevée, bande d'arrêt d'urgence et là surprise je vois dans mon rétro un camion de la DIR à mon cul, plus rapide que moi tu meurs, je lui fait la remarque "j'étais sous surveillance".

Le gars viens me voir pour me demander quel est le problème, j'avais même pas eu le temps de descendre de voiture, je lui répond surement crevé, ah qu'il me dit parce que vous n'êtes pas sur, je lui répond vous voyer bien que je cherche mon gilet jaune, bon on va vous mettre en protection, je descends avec mon gilet jaune retrouvé dans le boitier du repose bras arrière et je commence à sortir le cric et la clé pour desserrer les goujons,

J'avais pas vu qu'ils étaient deux dis donc, le plus jeune me dit laisser je vais démonter, c'est là que tu te dis putain j'ai du prendre un sacré coup de vieux, bref le brave gars me répète 10 fois qu'il n'a pas le droit de le faire mais bon il le fait quand même, sympa, surtout quand il s'est agit de desserrer les écrous serrés à la clé choc, bon Dieu je vais reprendre un tube, enfin il réussit

Et je sors la roue de secours toute neuve n'ayant jamais servie et la surprise surprise la roue est à plat à 75% et voilà 43 ans de route et on pense pas à regonfler la roue de secours de temps en temps, le con, on ne pense qu'à celles qui sont montées.

Enfin le gars me remonte la roue quand même et me dit qu'à la prochaine sortie je la fasse regonflée, je le remercie de sa sympathique collaboration et pour le remercier il me demande une cigarette, je lui ai offert le paquet il en restait 4 comme le fameux paquet de P, bonne remarque j'avais peur qu'il me dise pas de problème vous pouvez rouler à 140, donc le parcours du combattant à 20 h pour trouver une station avec un poste de gonflage à Marck,

Enfin grâce à 2 braves quidams qui m'indique une station de lavage dans le pays je réussis à regonfler ma roue pour 0,50 cent, imagine à 1 h du matin sans personne dans la rue et bin tu dors sur place ou t'appelle SOS dépannage pour qu'il vienne te gonfler une roue pour 150 euros!!

Tous ça pour dire que je ne connaissais pas Marck et bien mon vieux il y a un paquet de camions dans le pays et même un centre XPO avec un sacré paquet de camions!! Bon on roule plus comme avant mais on a encore parfois certaines sensations de déjà vécu qui rappelle des vieux souvenirs!!






www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Ven 4 Sep 2015 - 19:36

Merci pour cette p'tite histoire sympa !




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Sam 5 Sep 2015 - 21:47

Bon ca c'est bien terminé,mais c'est vrai qu'on devrai verifier la pression de la roue se secours,cela m'est arrivé aussi en voiture




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Jeu 17 Sep 2015 - 13:17

Daniel Bauvais a écrit:

Ma femme me dit il y a un recommandé qui t'attends à la Poste, je vais donc de ce pas le récupérer en me doutant bien de la raison de ce courrier.
Effectivement ça concernait le coup du porte engin!!
"Monsieur"
Lors d'une manœuvre pour atteler le porte engin le xxxxxxx N° xxxxxxxxx, vous avez reculé dans le bungalow du responsable du garage détruisant celui-ci en occasionnant d'important frais de remise en état.
Nous avons décidé de vous mettre un avertissement pour ces faits.
Veuillez agréer bla bla bla!!

Donc suite à ce courrier, je dis à ma femme vite donne moi le papier à lettre que je leur réponde.
Sur ce j'explique les raisons physiques des raisons de cet incident, ( j'avais entre temps téléphoné à mon pote Raymond pour connaitre les circonstances et les raisons pour laquelle il avait déposé les béquilles sur une traverse de chemin de fer, il m'explique que le porte engin n'a pas de frein et que le vérin des béquilles ne fonctionne pas) merci du renseignement, je leur dit que le porte engin n'est pas en état et que cet incident ne peut m'être imputé et que ce courrier n'était pas motivé pour me donner un avertissement. Je vous informe que je fais copie à l'inspection du travail de votre courrier!
Veuillez agréer bla bla bla!!
Je dis à ma femme lundi matin 1ère heure envoie en recommandée.

Le lundi matin je vais livrer mon retour d'Italie et je demande pour où je recharge, aller nouveau tour d'Italie, c'est bon ça, je fais donc mon tour et retour maison le vendredi, le samedi matin le facteur tape à la porte pour un nouveau recommandé.........!!

"Monsieur"
Suite à votre courrier du xxxxx
Après avoir lu vos explications sur l'incident survenu le xxxxxx avec le véhicule n° xxxxxxxx, je vous informe que votre avertissement n'est plus.
Veuillez considérer qu'il s'agit d'un courrier de prévention et que votre dossier ne fera pas mention du 1er courrier!!
Veuillez agréer, bla bla bla!!

Bon, ce jour là j'ai appris une chose essentielle dans une grande entreprise, les relations Direction/personnel ne ce fait qu'en courrier, pas de convocation, pas de discussion, pas d'explication de vive voix. Mais pour moi ça n'a pas été un problème, j'adore écrire.
Ce qui n'empêche que j'ai quand même eu l'occasion les jours suivant lors d'une visite au garage de voir le porte engin sur cale pour refaire les freins et changer le vérin des béquilles et je me suis bien foutu de la tronche du chef de garage en lui disant que son incompétence avait failli lui couter la vie!!
J'ai eu aussi l'occasion de discuter avec le Directeur et de lui dire ce que je pensais de sa façon de faire, c'est con parce que c'était un super type, mais il m'a expliqué que c'était le sous Directeur qui avait formulé le courrier, comme c'était un ancien de chez Giraud j'ai compris qu'il n'avait pas "l'esprit BM"






www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Ven 18 Sep 2015 - 10:32

Daniel a écrit:
Alors celle-ci, encore une pas piqué des hannetons, il y a des types qui manquent pas d'air et ça c'est pas bien, mais d'être passé pour un con et un menteur auprès du procureur de la République sa n'a pas du lui faire plaisir à ce trou du cul !!

C'était un vendredi matin en 93 j'avais encore mon 1934 Mercédès, je revenais d'Italie où j'avais chargé du groupage et un client pour le Havre chez BM Italia à Cormano en banlieue de Milan le jeudi matin et la livraison était impérative le vendredi matin avant dix heures, destination la gare de marchandise de Pantin 93.

Bon en ce temps là ça me laissait de marge, pratiquement 24 heures, heureux le gars et vas y que je remonte par le MT Blanc j'avais le choix car j'avais les 2 cartes aussi le Fréjus, mais bon je dis je vais manger au Chatelard je vais bien rencontrer un collègue et s'il remonte on fera la route ensemble.

Je vois en arrivant une semi BM N et bin voilà il y en a un, sauf que j'avais pas vu le tracteur, Iveco 360 d'un tractionnaire de chez nous à Rouen.

Je me gare curieux de savoir sur quel Cow Boy j'allais tombé, misère j'aperçois dans un coin mon petit Mario qui se tapait la cloche, super gentil mais super prenant et prise de tête garantie, je vais au bar me taper un p'tit gurgeon et la j'entends "DANIEL" je suis là, non non je suis pas là, enfin c'est un brave type et je vais le voir, "tu manges avec moi" bin oui si tu veux, sachant qu'on allait s'engueuler mais bon c'est les risques du métier, ha ha!!

Nous cassons donc la croute on discute et voilà c'est parti, son patron par ci son patron par là et chez BM on lui fait faire la merde et patati et patata, bon arrive le café on va enfin se séparer une fois dans la cabine je vais pouvoir réfléchir à tout ce qu'il m'a dit, tout le monde le connaissait dans la boutique et c'était pas bien méchant en plus pas fainéant!!

Mais le connaissant je sais que la CB ne va pas arrêter, je lui dit au revoir à la prochaine. En fait je me suis dis que je vais le laisser partir devant et je vais me faire une petite sieste.

Je dors 1/2 heure et hop au volant, qu'es ce que je vois sur le parking mon Mario qu'était toujours là, aller jenquille sans faire de bruit pour le laisser dormir en avant Simone, j'arrive du côté d'Annemasse j'entends dans la CB Daniel t'es la dessus, je le reconnais le loustic putain il était à mon cul, je lui répond et c'est reparti le moulin à parole, t'as des fois des sangsues quant elles te tiennent impossible de les décollées, bon je vais mettre le turbo en route pour m'éloigner, je m'arrête le temps d'enlever le fusible du limiteur et hop c'est reparti avec des bonnes pointes sa devrait le faire, non parce que le soir je voulais manger dans autre chose que du patronat et du BM, j'ai donc réussi à le semer ça m'a évité de me fâcher avec lui on sait jamais.

Le lendemain matin 9h30 je suis à la gare de Pantin où les manuts me vide aussitôt, c'est bon j'appelle Rouen des fois qu'ils auraient un complément pour remonter, rien vous rentrez, ok à +.

Je reprends par la N14 en me disant je vais m'arrêter à Richeville au routier, je vais bien rencontrer 2/3 potes qui rentrent aussi, pas manquer deux gars dont Nounours qui faisait du container et son père, et qui qu'était là aussi mon Mario qui me reprend la tête et qui n'a pas compris comment j'avais pu faire pour le perdre entre Nantua et Mâcon, obligé de lui dire que moi je passe toujours par Cuisery et Tournus, ah ok moi j'ai pris par Mâcon et bin gars cherche pas c'est ça!

La semaine suivante même punition un nouveau tour d'Italie à Bessano Del Grappa que du plaisir, vider recharger retour fin de semaine, je rentre dans la cour et là le responsable du personnel m'appelle pour savoir ce qui c'est passé à Pantin la semaine d'avant, bin rien, j'ai vidé à l'heure, non il s'agit de l'accident que vous avez eu dans le Pré St Gervais, quel accident, vous avez découpé le toit d'un 4/4 Range Rover, qu'es que c'est que ça, bin oui les gendarmes ont reçu une plainte du Procureur de la République de Bobigny comme quoi vous avez fait un délit de fuite, bon première nouvelle et à part ça rien d'autre, je lui explique que c'est impossible vu la route que j'emprunte, il me dit qu'il me croit mais on va quand même aller voir l'arrière de la semi, bin allons y, rien à signaler ma remorque n'a rien de suspect, ok c'est bon, aller à lundi.

J'arrive à la maison et là ma femme me dit "tiens t'as reçu une convocation de la gendarmerie...............!!

Donc encore une affaire a suivre quand il aura repris son stylo





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Ven 18 Sep 2015 - 16:12

Damiel a écrit:     la suite

Bon, le samedi matin vers 9 h je pars d'un pas décidé vers la Gendarmerie pour connaitre réellement ce qui c'est dit!!

Bonjour, je viens voir ce qui ce passe et là l'officier de police judiciaire que je connaissais me fait le topo du dépôt de plainte qu'un type a fait au commissariat du Pré St Gervais comme quoi j'aurai "décapité" son Range Rover et que je serai parti sans laissé d'adresse, je laisse parlé la Marée Chaussée et je lui demande s'il le gars à des témoins pour avancer des telles déclarations?

Bon nom de mon père de ma mère et il rempli le formulaire de procès verbal: Je lui explique que c'est impossible que je lui ai broyé sa voiture quand il m'a sortie le nom de la rue dans laquelle il était garé, vu que je n'ai pas emprunté cette rue pour aller livrer à la gare de Pantin, je lui donne l'itinéraire que j'ai pris et qu'il est impossible que ce soit moi, la rue des Pommiers au Pré St Gervais est une petite rue qui donne dans l'avenue du Général Leclerc que j'ai pris, donc je conteste la déclaration du mec, le gendarme me croit voyant bien je que je suis précis dans les détails, sur ce signé là, merci au revoir!!

Le lundi matin je vais voir mon responsable du personnel et je lui explique la manœuvre et il me demande si le gus à des témoins, je lui non d'après le gendarme il a récupéré sa bagnole le soir alors que moi j'étais à 9 h à la gare de marchandise.

Sa repart pour une semaine et puis un mois puis deux et je n'entends plus parlé de rien.

Trois mois plus tard, nouvelle convocation à la gendarmerie pour la suite de l'histoire, le gars a trouvé deux témoins mais incapable de donner un seul détail de l'affaire, je propose au gendarme de revenir avec un plan de Paris Banlieue et le disque du chrono de ma journée, je m'en foutais j'étais en règle sur les heures, je reviens donc le samedi d'après avec mon petit matériel et je lui fait voir où se situe la rue des Pommiers par rapport à mon itinéraire lui démontrant que je n'ai pas à passé dans cette rue alors que c'est direct de la Porte de Pantin à la gare après le pont de chemin de fer, je lui présente mon disque en lui faisant voir qu'il y a trois arrêts en raison des feux rouge et que je suis allé direct à la gare. Il est convaincu que c'est la vérité et fait le PV en ma faveur!!

Bon bin voilà l'affaire est clause, plus personne ne parle de rien jusqu'au jour que reçoit une nouvelle convocation pour la même histoire car le gars ne lâche pas l'affaire et moi les gendarmes m'aiment bien faut dire.

Là c'est plus la même histoire, la gendarmerie du Pré St Gervais à fait une enquête car le gars était un "ponte" de la Préfecture et voulait avoir raison et les gendarmes ont réussi à trouvé la vérité en questionnant les fameux témoins qui en étaient pas, le gars les avaient payés pour témoigner et ils ont déclaré que sa bagnole était garée dans la rue des Pommiers depuis plus de six mois accidentée et qu'il avait trouvé le moyen de relevé mon N° de semi et le nom de l'entreprise sur la bâche pour me faire porter le chapeau!

Donc plainte pour faux témoignages, plainte pour fausse déclaration d'accident, plainte pour accusation erronée de délit de fuite, plainte pour avoir utilisé les services de la Préfecture, bref, le gars a été condamné à 15 jours de prison avec sursis, 6500 francs d'amende et 2500 francs de dommages et intérêts vis à vis de BM N et 1500 francs pour ma pomme.

Je pense qu'après ce jugement il réfléchira à deux fois avant de faire de fausses déclarations. En tout cas on a bien rigolé avec mon responsable du personnel, Philippe lors du procès quand le Procureur de la République l'a traité d'affabulateur et de maniaco dépressif!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Sam 19 Sep 2015 - 21:22

Je vais lire demain à tête reposée, merci Papy




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Dim 20 Sep 2015 - 21:28

Encore un Enc....,qui voulait se faire payer des réparations,ça arrive




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Lun 21 Sep 2015 - 17:20

Daniel a écrit:

Histoire d'antan, du siècle dernier où tout était différent !!

J'avais encore mon petit MAN à l'époque et je revenais de Lyon où de Marseille et je remontais à Paris au fief par la nationale 5 devenue 6 par la suite, le MAN devait avoir 450.000 km environ d'après mes souvenirs et je me rappelle qu'on avait décidé de l'arrêter au mois d'août pour faire tarer les injecteurs en raison de la consommation et de la fumée qu'il dégageait l'animal.

C'est justement ce qui m'amène à vous raconter cette anecdote qu'aujourd'hui je n'aurais pas pu vivre!!

Je montais paisiblement la cote après le grand Fossard en passant devant la route à droite des sablières de Cannes Ecluse en allant vers St Moret, j'était en pleine cote et je voyais dans le rétro la fumée noire qui s'échappait du tuyau d'échappement, un vrai pollueur mais j'avais pas le choix, hein pour monter faut accélérer, j'arrivais à environ 200 mètre de la petite place avec le petit obélisque à gauche et l'autre place à droite avant les stations services qu'il y avait sur le plat plus loin, pratiquement arrivé en haut de la cote.

Malheur, un espèce d'hurluberlu avec un calot de CRS sur la tête ce met sur le milieu de la route et me signe de me garer sur la petite place, je vois un appareil en forme de compresseur sur roue et je me gare à 3/4 mètres.

L'agent vient me voir en me disant "bonjour police nationale, contrôle de pollution, vous fumez beaucoup" je lui répond oui 2 paquets par jour en rigolant, coup de pot il l'a bien pris, il m'explique que je vais devoir me rapprocher de l'engin pour qu'il puisse mettre le tuyau pour faire le contrôle, pas de problème je me déplace comme il faut et il me demande d'accélérer, j'y vais doucement pour éviter de trop polluer son appareil mais au bout d'un moment il s'en rend compte et me dit sérieusement d'accélérer à fond et là évidemment sa sort de bon cœur.

Bon, bilan de l'opération il me dit que je fume de trop (je suis d'accord) et qu'il a relevé 70 unités et que la dose devrait être de 50 unités, je fais donc le surpris en lui disant que j'y connais rien, je discute avec cet agent qui devait pas être loin de la retraite et que je trouvais sympa il me demande si c'est un camion d'une grosse société, je lui dis non on est 3 trois camions et que c'est prévu pour qu'il passe au garage pendant mes vacances pour tarer les injecteurs, bon on va aller voir mon collègue dans l'estafette, il discute 2 minutes avec son collègue et revient me voir en disant" donner 10 balles au collègue pour l'apéro et il va pas vous verbaliser mais vous mettre un avertissement qui vous permettra de rouler encore 2 mois" Tu penses que je me suis pas fait prier, je suis donc reparti avec mon bout de papier bien plié en 4 dans mon porte feuille.

Le problème c'est qu'ils ne sont pas tous aussi sympa et 15 jours plus tard sur la RN 3 à Bondy...............!!






www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Lun 21 Sep 2015 - 20:13

Bien,tout se termine pour le mieux




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Mar 22 Sep 2015 - 17:56

Daniel a écrit:

Je disais donc qu'ils ne sont pas tous sympas, en effet 15 jours plus tard alors que je revenais de charger mes télés chez Grundig à Meaux, je roulais sur la RN 3 à Bondy et je démarre à un feux rouge, évidemment gros nuage de fumée, j'avais fait 200 mètres quand je vois dans mon rétro deux motards de la police nationale qui me collent au cul et là je ne sais pas pourquoi mais je me suis dit "ça c'est pour toi" pas manqué un coup de gaz et il sont à la hauteur de ma portière me faisant des grands gestes en ayant l'air de me dire suivez nous, j'optempère ne pouvant faire autrement un devant un derrière. Ils m'emmènent jusqu'à Noisy le Sec où ils me font faire demi tour et me font garer sur le parking où je reconnais le matos pour la pollution.

Un motard vient me voir en me disant "vous savez pourquoi on vous arrête" je fais le con en lui disant NON, "vous voyez pas comment vous fumer" ah bon, "on va contrôler votre pollution, venez avec les papiers du véhicule" bon je vais au J 7 Peugeot et là le gars m'explique qu'ils vont contrôler avec le fameux appareil, pas de problème, je les laisse faire et le type revient avec une fiche en me la présentant me disant qu'il constate que je pollue à 75 unités au lieu des 50 autorisés,

Putain il a pris 5 unités de plus, va vraiment être temps de faire quelque chose, il me dit je suis obligé de vous mettre un procès pour pollution excessive, bingo, je l'attendais celle là. J'avais comme on dit plus d'un tour dans mon sac, je lui explique que j'ai été contrôlé il y a 15 jours et que j'ai une autorisation de rouler pendant 2 mois, je lui sort le papier de ses collègues et le gars me dit "Vous pouviez pas me le dire plus tôt" bin non que je lui répond je voulais savoir si ça c'était dégradé et il me répond je vous le confirme..

Sa aurait pu en rester là, si ce n'est qu'un des motards vient me voir en me disant "Monsieur vous avez un pneu lisse au jumelage arrière droit" Là je refais l'étonner et je lui répond que sa m'étonne vu que les 4 pneus arrière ont été changé en même temps et qu'ils devraient être lisse tout les 4, je lui demande de me faire voir lequel et voila qu'il se met à quatre patte pour soulever la bavette qui touchait pratiquement parterre, regarder qu'il me dit en me faisant voir un léger plat sur 20 cm, vous voyez il est lisse, je lui explique que c'est surement un coup de frein et qu'il reste du cran, l'enflure il veut rien savoir et me dresse un procès verbal pour pneu lisse, en lisant le PV je constate qu'il a écrit "sur toute la surface de roulage" je conteste en lui répétant qu'il s'agit d'un coup de frein sur 20cm, il veut rien savoir l'abruti!!

Scène n°2, je lui dit que je vais donc appeler un huissier pour venir constater l'état de mon pneu et contester son PV, ni une ni deux je pars au café 100 m plus loin et je demande au patron s'il a un bottin de téléphone pour chercher un huissier, le gars me dit vous aussi ils vous font chier ça fait 2 jours qu'ils viennent pour arrêter les camions et les contrôlés, je bois mon café en cherchant dans l'annuaire quand le motard arrive en me disant que je dois dégager le parking, je lui répond qu'il faut d'abord que je téléphone car j'ai trouvé un huissier, bon bon qu'il me dit aller c'est bon rendez moi le PV, ce que je fais de bon cœur, il le prend et le déchire ok mais il faudrait aussi déchiré la souche monsieur il prend son carnet et gribouille la souche, et bin voilà, je finis mon café et j'arrive. Je remercie le cafetier de sa sympathie, qui me répond vous lui avez bien mis dans le cul.

Retour au Man, je récupère mes papiers et je vais voir le fameux motard en lui disant qu'avec un pneu lisse j'ai pas le droit de rouler et que je devrais mettre ma roue de secours. Putain là il a vue rouge le gars, j'ai vu aussi que cela allait s'envenimer, je suis monté dans le MAN et je suis parti en courant, j'ai fait demi tour et pour les salués j'ai mis un grand coup d'accélérateur!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Mer 23 Sep 2015 - 16:21

Daniel a écrit:

Il y a des fois certains comportements de personnes quelles soient de toutes nationalités qui ne sont pas terribles!!
Heureusement que d'autres personnes essai de rattraper les dégâts!!

Cette semaine là deux tours d'Allemagne dans la même semaine, c'était encore l'époque où tu roulais sans vignette pas emmerdé par l'administratif. Donc mon 1er tour je vide du granulé plastic du coté de Braunschweig et je devais recharger pas très loin à Burgdorf dans une papeterie des bobines de papier journal pour la Voix du Nord à Roubaix.

J'arrive à 13h30 dans l'usine et le gardien me dit de me mettre le long du batiment pour charger, je débâche les côtés je vais voir au bureau et le cariste prend la commande pour me charger vu que j'étais le seul camion, il m'amène deux bobines et subitement comme une bombe voila un Hollandais qui se pointe qui ouvre en courant et je vois mon cariste qui va le voir, 5 mn après il entreprend de le charger, je commence à gueuler et il y a un type style Helmut Khol 2 mètres de haut en costard qui vient me voir et me parle en français pour me demander ce qui se passe, je lui explique la situation et il me dit "il va vous charger" je te dis pas comment il a engueuler le cariste en allemand, je l'ai vu passer de la couleur d'un arc en ciel.

Donc il recommence à me charger et le Hollandais vient me voir pour me baragouiner en Flamand surement des saloperies.

Je commençais à refermer la Bâche quand je vois arriver mon pote Jean Louis qui lui était Belges Wallon, me demande si ça va, je lui raconte un peu le topo, et voilà que le Hollandais revient à la charge, le Jean Louis qui fait aussi ces 2 mètres 120 kg écoute ce que le Hollandais disait, putain je l'ai vu changé du blanc au vert pas bon, bin oui parce que lui l'avantage c'est qu'il parle aussi le Flamand, il te l' a attrapé par le colbac en lui parlant Flamand l'autre était sur le cul, le Directeur Helmut Khol est arrivé pour demander ce qui se passait et mon Jean Louis lui a expliquer que le Hollandais avait payé le cariste et qu'il nous insultait nous les Français parce qu'on passait avant lui et de lui dire les insultes qu'il avait sorti.

Ca a pas fait long feu, le directeur va au bureau revient 10mn plus tard et explique au Hollandais qu'il peut refermer la bâche qu'il ne chargera pas, le cariste en a repris pour son grade, dans le coup on a charger ensemble et le directeur nous a payé le café tout en s'excusant du comportement du cariste.

Le retour a été sympa avec mon Jean Louis super mec on a vidé ensemble, on c'est fait un de ces gueuletons en redescendant je vous dis pas;

Mais c'était la semaine qui voulait que ce soit comme ça, je recharge au Havre du granulé pour l'Allemagne et je devais rechargé chez BASF dans une usine du coté de Siegen au dessus de Olpe, j'arrive à 14h 45 et la mauvais début......!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Mer 23 Sep 2015 - 21:33

Passionnant ces histoires ça nous ramène des années en arrière merci




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Lun 26 Oct 2015 - 10:49

Daniel Bauvais a écrit:

Cette histoire me ramène 40 ans en arrière et je dois dire que j'ai rencontré un sacré personnage, oui oui il y en avait avant des gens qui passent comme ça dans votre vie et qui disparaissent comme il sont apparus, il m'a fallu faire acte d'énormément de psychologie pour réussir à déchiffrer le bonhomme!!

A cette époque nous avions avec mon frère un contrat en sous-traitance dans le déménagement en tous genre avec l'entreprise Chabaudy de Stains, gros déménageurs sur la région parisienne ainsi que sur l'Afrique, beaucoup de containers Chabaudy sillonnaient les mers.

Alors qu'un jour je me trouvais à notre QG à Nogent S/ Marne chez un autre frangin qui avait le café restaurant routier sous le viaduc un peu plus bas que les matériaux de Nogent qui à l'époque n'avait qu'une centaine de Berliet GLR en benne, j'étais accoudé au bar à siroter surement un panaché bien frais, je discutais avec quelques clients qui étaient là et je disais que la semaine prochaine j'attaquais les déménagements et qu'on avait encore trouvé aucun ripeur pour aider.

Un gars en costume viens me voir et me prend par la manche pour sortir sur le trottoir, j'étais prêt à lui en mettre une, mais le gars très calme me dit "embauché moi", je regarde le lascars qui a tout d'un fonctionnaire mais surement pas d'un déménageur, les pompes cirés aussi reluisantes que les ongles de ses doigts. Je lui explique que le boulot ne lui conviendrait surement pas, qu'il y a des poids à porter, surement des pianos, les étages à ce taper etc.. Enfin je lui dit tout ce qui pourrait le faire renoncer tout simplement pour pas l'envoyer chier brutalement, mais le gars insiste, il doit être barjot le loulou, c'est quand même pas un clodo qu'a besoin de bosser, il est rasé de près, il sent bon, en costume 3 pièces, des pompes à 2000 mille balles la paire, ma parole il doit ce cacher un problème pour qu'il insiste comme ça!!

Bon, devant son insistance le gars je lui dit que c'est 200 balles par jour plus le casse croute du midi et v'là qu'il me répond qu'il ne veut pas faire ça pour de l'argent mais juste pour le plaisir de travailler, je me suis dit en plus il est philanthrope et taré. On retourne au bar où il m'offre l'apéro et me demande s'il peut manger avec moi, bin oui tiens sa me permettra d'approfondir ce qu'il a dans le sac, faut toujours écouté les gens parfois ils font des révélations intéressantes, là il m'explique qu'il revient du Sahel où il est resté pendant 2 ans, qu'il a fait 3 fois le tour du monde et qu'il en a ras le bol, comme il m'a dit je veux m'évader un peu changer d'air et d'atmosphère, je demande dans quoi il bosse, mais là assez évasif du style dans la tuyauterie, le con, au Sahel il n'y a pas une goutte de flotte,

Bon si je crois pas celle là tu m'en raconte une autre et j'insiste sur les autres destinations qu'il a fait, bon la Californie aussi et puis le Mozanbique etc... et ça fait 15 ans que ça dure, oui évidemment les voyages forment la jeunesse et déforment les valises. Bon j'en tirais pas plus, on casse la croute aller un p'tit café calva avec une tite rincette, merde on est vendredi la semaine est finie on peut bien boire un coup, quand même, j'oubliais c'est lui qui a payé les 2 repas, parti comme ça il va payer pour bosser!!

Donc mon gars je lui donne rendez vous pour le lundi matin à 7 heure au bar avec une cotte de préférence et une paire de gants, la maison Beauvais ne fournit pas les ingrédients personnel c'est pas dans les us et coutumes!

Le lundi matin 6h 30 j'arrive fringant, rasé tout neuf et je bois mon café en attendant mon cow boy...........!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Mar 27 Oct 2015 - 21:28

Bin alors...la suite !




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Mer 28 Oct 2015 - 14:24

Nous aussi on attend,que le cow boy arrive,mais est ce qu'il viendra




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Jeu 29 Oct 2015 - 17:44

Daniel a écrit:
Je suis donc accoudé au comptoir à boire mon café et je ne vois toujours pas arrivé "le volontaire" au bout d'un moment je me dis qu'il ne viendra pas, les promesses de comptoir je connais du genre "n'hésite pas" ou "tu me demande" et encore "sans problème yacas" heureusement j'ai prévu un gus de secours qui venait nous donner un coup de main le dimanche pour faire des déménagements de clients privés, un ancien militaire à la retraite, un bon celui-là toujours prêt à rendre service...!

Aller 6h50 je décide de mettre le Mercédès en marche, ça va peut être le faire venir, j'étais en train de remplir le 'menteur" quand j'entends taper à la portière, qui qu'es là? Mon gars en salopette avec la casquette sur la tête, le vrai baroudeur, bonjour qu'on se dit il me demande si on peut aller boire un café, pas de problème. Là on sent le gars organisé qui me demande l'endroit où on va, ce qu'on est supposé de faire pour livrer où vers quelle heure on va rentrer.

Je lui explique qu'on déménage des bureaux à côté de l'usine Panhard dans le 13ème, qu'il y a déjà une équipe de chez Chabaudy sur place et que nous notre boulot sera de charger l'intérieur du camion avec les armoires et bureaux ainsi que tout le matériel que les gars doivent nous amener au cul du bahut pas question de monter dans les étages, on fait juste le transport, la livraison c'est pour Reuil Malmaison dans des bureaux neufs et que l'heure qu'on rentrera sera en fonction du boulot à faire, sa a l'air de lui convenir, je lui propose pour autant de démissionner tout de suite au cas ou!!

Non non sa me va bien et bien allons y! En avant la musique 7 h et c'est déjà le bordel pour gagner le périph' on sort porte de Choisy pour prendre l'avenue d'Ivry et trouver une place pour ce garer devant l'immeuble, il y a bien des cônes à un endroit mais évidemment des cons ce sont garés entre deux, aller on cherche à qui peuvent être les bagnoles, quant un grand con arrive en gueulant, on a encore rien dit, c'est fou l'agressivité des gens le matin en se levant, on lui explique les raisons du pourquoi et le gars comprend mais gueule quand même, putain c'est dingue!

Enfin on réussi à ce garer et nous allons voir si les gars de chez Chabaudy sont arrivés, il y a en à deux je demande s'il est prévu d'avoir d'autres aides, réponse c'est pas sur, et bin on est bien barré, 2 étages avec un ascenceur où tu peux à peine rentrer à 3 dedans, ça veut dire prend l'escalier mon gars, on redescend en prenant une armoire au passage et on sent bien qu'on va ce faire chier toute la journée.

Je suis pas déçu de mon gars qui met du cœur à l'ouvrage, à 11 h on est chargé direction la banlieue, c'est le bordel comme d'hab sur le périph' mais on arrive vers 12h30 à Reuil où on se trouve un resto pour casser la croute, pas donner dans le pays les loyers sont chers.

Maintenant un peu d'exercice pour faire la digestion on décharge le matériel au cul du camion où un Clark est là pour réceptionner et amener au monte charge qui est présent et mon gars toujours en forme, tiens je pense à lui demander son prénom je sais même pas comment il s'appelle, je comprends mieux pourquoi c'est un bon, il se prénomme Daniel dis donc, je réussi même à avoir son âge 38 ans et qu'il habite à Neuilly Plaisance à coté de Nogent, bin petit à petit je vais savoir qui il est le gars, il me précise bien qu'il veut pas être déclaré car il est déjà à la sécu il me dit qu'il est en vacances.

Sa va être de longues vacances parce qu'il est resté avec moi pendant presque 3 mois, ça tombait bien parce que notre contrat chez Chabaudy prenait fin, franchement c'était un type bien et on en a fait des déménagements dans Paris en banlieue et même en province, le gars toujours à l'heure sans jamais rechigné même avec des sacrées galères. Enfin arrive la fin du boulot et il me propose d'aller chez lui manger une spécialité Grecque que sa femme nous a préparé. OK, on se dit telle heure et je me pointe à l'adresse indiquée, je tombe sur le cul devant l'immeuble, pas de la gniogniote, le super bâtiment en pierre de taille, je sonne 3ème étage porte gauche, c'est son épouse qui vient m'ouvrir, rien que l'entrée c'est ma salle à manger, il arrive à son tour costume 3 pièces comme au 1er jour, mais c'est qui cet homme là........?





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Ven 30 Oct 2015 - 17:53

Daniel a écrit:

La délivrance, voici donc le personnage en question!!

Invité chez lui dans un appartement de ministre, je ne savais toujours pas à qui j'avais eu à faire, il m'offre l'apéritif et je lui fait part de ma stupéfaction de savoir qu'il avait bossé avec moi dans un boulot dont il aurait pu se passer, je suis tombé sur un philosophe, son raisonnement ma complétement époustouflé. Après 1 heure de discussion je suis resté sur le cul et nous n'avions toujours pas mangé, il me fait visiter son bureau de 40m2 où prône des tables à dessins avec des grandes règles, des plans en veut tu en voilà, bon des trucs où je ni comprend rien mais que lui maîtrise parfaitement, bon si on passait à table ça je connais!

Son épouse d'origine Hellénique avait préparé un repas Grec délicieux, tout en mangeant nous discutons enfin de son travail, mais au début j'ai des explications au compte goutte, pas trop enclin aux confidences le gars, mais au bout d'un moment je pense que le vin Grecque fini par lui délier la parole et j'apprends qu'il est ingénieur agronome avec diplôme d'ingénierie en irrigation voilà pourquoi le Sahel et les autres pays de la planète, bon ok mais sa ne résout toujours les raisons qui l'on amené à faire du déménagement?

Il m'explique qu'il a un énorme contrat en Argentine et qu'il se torture la tête depuis 3 mois pour trouver les solutions aux problèmes qu'il rencontre, que chaque soir après être venu bosser avec moi il se remet sur la planche pour dessiner des plans et que le fait de bosser dans la journée lui permet de décompresser, depuis trois mois il est en pseudo vacances suite à sa nomination par le conseil d'administration de la Générale des Eaux il a été fait ingénieur en chef pour toute l'Amérique du Sud et qu'il doit déménager pour prendre ses fonctions à Buenos Aire,

Bon bin voilà donc l'explication, je lui dit qu'il aurait pu m'en parler que ce n'était pas un secret d'état, il me répond que si justement c'est l'état Français qui finance une partie des travaux et qu'il ne peut pas m'en dire plus, soit disant que ça serait une histoire d'assurance internationale détenu par l'état qui prendrait en charge les travaux, ok, comme les ponts construits dans le désert par Bouygues, c'est un peu ça qu'il me dit.

Bon la situation est éclaircie et je me dis qu'on fait vraiment des rencontres surprenantes et qui restent dans la mémoire. J'ai continué d'avoir de ses nouvelles pendant 3 ans et puis au bout d'un moment pschitt plus rien, c'est fou!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Lun 2 Nov 2015 - 20:07

Belle histoire.
En espérant qu'il ne lui est rien arrivé...




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Sam 7 Nov 2015 - 21:58

J'arrête de respirer ! la suite vite !




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Le Drôle d'Oiseau le Mer 11 Nov 2015 - 15:57

Daniel Bauvais a écrit:
Celle-ci elle doit rester entre nous, je vous fais confiance vous la répétée pas, qu'auriez vous fait à ma place, il y a parfois contradiction, envie et réalisation, action réaction!!

Je partais avec un chargement de télés pour livrer comme d'habitude à St Priest (69) et à Aubagne (13), j'avais encore mon MAN en 12 tonnes et toujours pas de couchette, mais j'avais fini par installer une planche rabattable qui était tenue par deux chaines et qui une fois dépliée me permettait avec un matelas en mousse de mieux dormir avec le moteur plus haut que les sièges le matin tu te levais avec un bon mal de dos et il te fallait une heure pour replacer l'ensemble du squelette, bon rentrons dans le vif du sujet, c'était l'été, il faisait beau, j'étais jeune et beau, je sentais bon le sable chaud, heureux quoi!!

Etant chargé du vendredi et connaissant mon temps de trajet pour aller à St Priest, évidemment tout par la N6, je décidais de ne partir que le lundi matin pour livrer l'après midi.

Je prends comme d'hab le périph' à la Porte d'Italie et comme d'hab à cette époque t'avais toujours quelques auto stoppeu (ses) qui le levaient le doigt avec l'espoir qu'un gugus s'arrête, moi toujours prêt à rendre service je jette mon dévolu sur une grande blonde en jean's avec le sac à dos au pied, aller je m'arrête ou je m'arrête pas, ho pis merde je m'arrête ça me fera de la compagnie, c'est que c'est long à traverser le Morvan même en été.

Je m'arrête pile poil à sa hauteur, elle ouvre la portière (une paire de seins mon neveu j'ai les yeux qui font roulement à bille), pour me demander où je vais, je lui répond Marseille mademoiselle et vous, je vais en vacance chez un cousin sur la cote à Bandol, à Bandol, rien que le nom m'excite, elle est bien foutue et c'est toujours agréable à regarder, je peux venir avec vous, pas de problème, montée et coincé votre sac à vos pieds on verra plus tard pour le mettre dans la caisse, en avant la musique, nous discutons dans ces coup de temps de là de plein choses banales, t'habite où, tu fais quoi?

Que de chose dont on ce fout pas mal, c'est pas de la famille, de toute façon on ne se reverra surement jamais, mais ça permet de passer le temps.

De fil en aiguille nous arrivons déjà à Jouey petit bled avant Arnay le Duc et ayant repéré un petit bois elle me demande si je peux m'arrêter pour qu'elle satisfasse un besoin naturel, bin oui que je vais m'arrêter j'ai pas par habitude de laisser souffrir une vessie pleine en peine, clignotant, je me gare et je te la vois sauter du camion sans prendre les marches, non de Dieu quelle prestance et quelle souplesse, l'avenir s'annonce.......!!

Elle saute du camion comme un mouflon saute de rocher en rocher, jeu de jambe terriblement excitant. Le temps qu'elle est partie se soulager je gamberge le plan d'attaque pour la soirée à venir, je trace les lignes du plan A, je pense qu'après les discussions qu'on a eu pendant les 300 1er km et les propos qu'elle a tenue sur sa façon de pensée au sujet des relations hommes femmes ça devrait le faire.

Le principal inconvéniant dans ce con de camion c'est de ne pas avoir une couchette traditionnelle et qu'il va falloir improviser et ça c'est pas gagné.!!

Je jettes un coup d'oeil dans mon rétroviseur pour essayer de voir où en est "ma dulciné"? Je crois rêver, la je pense d'un seul coup que mon rêve tombe à l'eau et que l'échaffaudage du plan A s'écroule comme un chateau de cartes, qu'il faut que je prépare un plan B rapidement mais qu'il faut surtout rester calme, une situation délicate peut toujours entrainer un risque avec des démmages collatéraux.

Ha oui je ne vous ai donné son prénom, Dominique, mais appelle moi Domi qu'elle m'avait dit, c'est vrai que c'est moins long à prononcer et tellement plus féminin, d'ailleurs dans la conversation je lui parle des prénoms androgines telle que Claude, Camille, Dominique etc...!!

Elle n'avait pas trop bien compris de quoi je voulais parler, je lui explique que ce sont des prénoms qui vont aussi bien aux filles qu'aux gars et qu'au téléphone c'est jamais facile de savoir à qui on a affaire.

Tiens c'est marrant je n'y avais jamais pensé qu'elle me répond.

Bon après ce l'avoir secouée, ma Domi d'amour remonte aussi souplement sur le siège qu'elle l'avait quittée. Je repars, mais je sens bien que je suis moins causant, que la situation prend une tournure bizarre, probablement un vieil instinct de préservation dans la continuité de l'espèce humaine, v'la que je philosophe, je sens que ma libido en prend un coup sous la ceinture. maintenant il va falloir improviser un plan X pour essayer de lui faire comprendre qu'il ne va pas être possible que je l'emmène plus loin que Lyon, de toute façon je vais lui expliqué qu'il est impossible que je (le) la loge ce soir, la caisse est pleine à ras bord de télés et je n'ai qu'une planche pour dormir, impossible de dormir à deux dans une telle promiscuité, va savoir Léon si en plus elle a du poil au bédon.

Enfin je suis bien emmerdé d'avoir ramassé ce jeune homme, qui pourtant je vous jure avait tout pour plaire, des cheveux longs blonds comme les blés, une poitrine généreuse pour de grosses poignes, un p'tit cul qui fait réver, 1,75 qui ne néglige rien, du gâchis!! Je roules mais ça ne me coupe pas l'appétit, il est bientôt midi, je lui demande s'il elle a faim, mais oui une faim de loup, mon Dieu, loup loup garou va, ha ha!!

Je m'arrête à ANSE au routier, notre entrée évidemment ne passe pas inaperçue, tu penses 50 mâles prêt à bondir sur l'objet de tous leurs désirs, nous nous installons à table et commandons le menu tout va bien jusqu'au moment où un routier vient s'installer à notre table, je discute avec lui et il me demande s'il s'agit de ma femme, je lui explique que c'est une auto stopeusse que j'ai pris à la Porte d'Italie et qu'elle va rejoindre son cousin à Bandol, je lui explique aussi que je vide à St Priest dans l'après midi et demain à Aubagne, après 5 mn de conversation il me demande de le suivre aux toilettes pour me parler, je l'accompagne et là il me propose un truc complétement indécent, il est d'accord pour l'emmener, qu'il part en Sicile et qu'il passe par Vintimille donc par Bandol, je fais le mec dégoûté en lui disant qu'il me casse mon coup, mais toujours mec prêt à rendre service je lui dit qu'on en reparle à table avec elle.

Retour à table et nous discutons avec le routier qui part en Italie, il lui propose de l'emmener directement à Bandol, salope elle saute de joie, il a une grande cabine, un camion rapide et tout et tout, fin du repas elle court à mon camion chercher son sac à dos et en deux temps trois mouvement elle est dans le SM 280 du collègue, même pas une tite bise de remerciement en revanche le collègue n'a pas de mot pour me remercier, aller que je lui dit amusse toi bien et bonne bourre. Ouf je l'ai échappé belle!!  




Quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, on ne peut pas s’empêcher de penser ce qu’on pense…
************************
Allah la prochaine.....Le Drôle d'Oiseau
avatar
Le Drôle d'Oiseau
Sergents
Sergents

Masculin
Serpent
Nombre de messages : 883
Age : 28
Emploi : Je suis l'esclave de service
Loisirs : J'en ai encore moins que vous tous

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par jpgordini1135 le Mer 11 Nov 2015 - 19:11

Oui mais lui s'est éclaté,tant pais pour toi Daniel




Avec mes amicales salutations
avatar
jpgordini1135
Capitaines
Capitaines

Masculin
Rat
Nombre de messages : 5592
Age : 69
Emploi : Retraité Routier
Loisirs : Voitures Anciennes, Trial moto

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Jeu 12 Nov 2015 - 0:08

Le cours de la bourse a dû baisser !!!!!




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Papy le Ven 13 Nov 2015 - 17:25

Daniel a écrit:
Un peu de cœur un peu de pitié et beaucoup de solidarité permet parfois de faire plaisir, mais toujours sans abus.. Pendant cet hiver de 1976/77 on peut dire qu'on a caillé, de la neige on en a mangé.

Enfin rien ne nous arrête qu'en faut y allé faut y allé. C'était en février et ce lundi matin là je partais de Roubaix destination comme d'habitude les Vosges, j'avais déjà fait presque trois heures de route pour monter de ma Normandie avec la 204 que j'avais chainée sur plus de 120 km, j'ai même été obligé de passer par des herbages que les paysans avaient ouvert tellement la hauteur des congères sur les routes étaient hautes, alors que derrière les haies il n'y avait qu'un tapis de 20/25 cm, bon c'était sur 50/100 mètres mais ça m'a permit de passer, pas question pour les camions, d'ailleurs je ne me souviens pas en avoir vu beaucoup jusqu'à l'autoroute

Et à cette époque c'était Forges Aumale Amiens Doullens Arras où je rattrapais l'A1, dur dur enfin j'arrive vers 7h du matin à Roubaix et j'explique au frangin que la route est bien enneigée, réponse t'as des chaines tu les mets, mais bien sur votre seigneurie si au cas où tu ne le savais pas je pars dans les Vosges et je m'attends au pire.

Bon allé un café, ça sert à rien de discuter perte de temps inutile mais je lui demande si l'afrèteuse à un retour, tiens le voilà deux ramasses une à Thann et l'autre entre Briey et Longuyon, c'est bon ça que de la belle route.

J'avais encore une bonne semaine de prévue avec 8 clients à livrer de Baccarat à Illzach en me tapant toute la vallée, voir dans quelle état serait les routes je sentais bien que j'allais souffrir.

Le plus difficile a quand même été entre Cambrai, le Cateau et hop casse croute au routier de la Capelle jusqu'à Charleville Mézière une misère, je sens bien que je n'arriverais pas ce soir à Metz.

J'arrive dans un bled ou à 1er vue il n'y avait pas trop de neige et comme j'avais enlevé les chaines depuis un bon bout de temps j'ai pensé que ça allait monter surtout que j'étais charger complet avec 15 t de fûts donc j'avais confiance dans la possibilité de monter, oui les premiers 100 m en patinant mais ça montait jusqu'au moment où le Mercédès à du se dire mon gars met les chaines pour m'aider sinon tu restes sur place et là surprise j'ai un brave type qui vient à la portière et qui me propose de vider le cendrier de son poêle sous mes roues et vas y qu'il étale la cendre sous les roues et qui va taper chez les voisins pour qu'ils profitent de l'aubaine pour vider leurs cendriers, "le bout de cul" n'était pas bien long et j'ai réussi à monter sans chaines, j'ai même pas pu les remerciés ces braves gens de peur de ne pas pouvoir repartir, je fais donc ma coupure à Montmédy crevé de cette putain de route et là trop tard routier fermé, j'ai gagné le cocotier,

Bin mon neveu je peux te dire que j'ai grelotté toute la nuit, pas de chauffage de cabine à croire que c'était des camions prévus pour rouler en Afrique avec 25° la nuit, quand tu ne dors pas à cause du froid la nuit est longue et courte à la fois malgré que j'avais laissé le moteur en marche, il faisait moins 12° dehors et 0° dans la cabine, là t'apprécie le duvet les couvrantes le pull over et tu dors avec les chaussettes et quand tu te réveil crois moi tu t'habille en évitant de mettre les godasses à l'envers.

Bon ça c'est fait, reste à gratter l'intérieur du pare brise, l'extérieur un coup sur les phares et nettoyer les feux de la semi qui sont recouverts de neige gelée, tu remontes vite fait dans le piège tu pars jusqu'au prochain routier pour t'en prendre un grand café noir et un casse dalle et t'en demande un à emporter parce que des fois que ce midi ça tourne mal, faut prévoir faut anticiper, quand t'es dans des galères comme ça mieux vaut un un tu le tiens qu'un deux tu l'auras, j'arrive enfin à Longuyon et voila que la route est propre, je vais pouvoir enfin rouler normalement, pourvu que ça dure.....!!





www.papyroutier.com
www.grandmonde.org

Bonjour Invité, content de te voir .
avatar
Papy
Lieutenant
Lieutenant

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 4601
Age : 82
Emploi : Tourne volant a la retraite
Loisirs : La chasse aux cons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Ven 13 Nov 2015 - 22:09

Très bon récit de l'angoisse !!!




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Mar 17 Nov 2015 - 23:03

et alors...Zorro...




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Mumu le Jeu 19 Nov 2015 - 0:01

à demain....




Avec le Sourire et les Amicales Salutations
d'une Valaisanne depuis le Pays du Poulet et du Foie Gras


..
avatar
Mumu
Commandants
Commandants

Féminin
Tigre
Nombre de messages : 6908
Age : 67
Emploi : Bergère retraitée
Loisirs : Lecture, Internet, Musique classique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite histoire de surcharge

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum